Importation des véhicules de moins de trois ans : l’Algérie fait machine arrière Leave a comment

L’Algérie gèle la mesure relative à l’importation des véhicules de moins de trois ans. Acté dans la Loi de finances 2020, le retour à l’importation des voitures d’occasion, est remis en cause par le gouvernement Djerad. Une décision mort-née, parce qu’elle n’est pas encore entrée en vigueur.

Ce samedi, le ministre de l’Industrie Ferhat Ait Ali a annoncé que la mesure a été gelée, pour ne pas abandonner.

« L’importation des voitures de moins de trois ans a été gelée (…) Nous ne voulons pas importer de la ferraille (…) Et nous ne voulons pas encourager le marché informel de la devise », a-t-il déclaré à la presse, en marge de la Conférence nationale des startups, ouverte samedi à Alger.

Aït Ali a expliqué qu’une voiture de moins de trois ans achetée d’Europe « aura roulé 20.000 km au maximum » ce qui rend ces véhicules excessivement chers pour le consommateur algérien à revenu moyen, et que l’importation de véhicules « plus vieux » n’intéressait pas le gouvernement.

« Maintenant, si on compte acheter des véhicules de moins de dix ans à la place de ceux de moins de trois ans, comme ça a été fait dans le passé, la ferraille ne nous intéresse pas », a-t-il dit.

« Lorsque cette mesure a été introduite dans la loi de finances de 2020, il n’y avait pas la possibilité d’importer des véhicules neufs », a-t-il encore justifié.

L’Algérie a décidé de lever l’interdiction d’importer les véhicules neufs par les concessionnaires automobiles dans le cadre de la Loi de finances complémentaires 2020.

Aït Ali a aussi mis en avant le risque d’encourager le marché informel de la devise, estimant que « pour se payer des voitures d’occasion, les gens iront au marché informel, alors que l’État ne peut en aucun cas encourager ce marché ».

Source :

Algérie gèle la mesure relative à l’importation des véhicules de moins de trois ans. Acté dans la Loi de finances 2020, le retour à l’importation des voitures d’occasion, est remis en cause par le gouvernement Djerad. Une décision mort-née, parce qu’elle n’est pas encore entrée en vigueur.

Ce samedi, le ministre de l’Industrie Ferhat Ait Ali a annoncé que la mesure a été gelée, pour ne pas abandonner.

« L’importation des voitures de moins de trois ans a été gelée (…) Nous ne voulons pas importer de la ferraille (…) Et nous ne voulons pas encourager le marché informel de la devise », a-t-il déclaré à la presse, en marge de la Conférence nationale des startups, ouverte samedi à Alger.

Aït Ali a expliqué qu’une voiture de moins de trois ans achetée d’Europe « aura roulé 20.000 km au maximum » ce qui rend ces véhicules excessivement chers pour le consommateur algérien à revenu moyen, et que l’importation de véhicules « plus vieux » n’intéressait pas le gouvernement.

« Maintenant, si on compte acheter des véhicules de moins de dix ans à la place de ceux de moins de trois ans, comme ça a été fait dans le passé, la ferraille ne nous intéresse pas », a-t-il dit.

« Lorsque cette mesure a été introduite dans la loi de finances de 2020, il n’y avait pas la possibilité d’importer des véhicules neufs », a-t-il encore justifié.

L’Algérie a décidé de lever l’interdiction d’importer les véhicules neufs par les concessionnaires automobiles dans le cadre de la Loi de finances complémentaires 2020.

Aït Ali a aussi mis en avant le risque d’encourager le marché informel de la devise, estimant que « pour se payer des voitures d’occasion, les gens iront au marché informel, alors que l’État ne peut en aucun cas encourager ce marché ».

Source : https://www.tsa-algerie.com/importation-des-vehicules-de-moins-de-trois-ans-lalgerie-fait-machine-arriere/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *